L’R souligne le lancement de la Marche mondiale des femmes au Québec

Montréal, le dimanche 8 mars 2020 – L’R des centres de femmes du Québec souligne aujourd’hui, en cette Journée internationale des droits des femmes, le lancement des mobilisations entourant la Marche mondiale des femmes au Québec. Les mobilisations de cette année – auxquelles les 85 centres de femmes membres de L’R se joindront – se feront autour de cinq principaux enjeux, soient la pauvreté, la violence, l’environnement, les personnes migrantes et les femmes autochtones.

Le Collectif 8 mars, Molotov communications. Illustration : Guadalupe Pérez Pita.L’enjeu de la violence faite aux femmes résonne tout particulièrement au sein du réseau de L’R. «Pour plusieurs femmes, les centres de femmes sont la porte d’entrée aux services, explique Marie-Pier Kouassi, chargée de projet en violence à L’R. Les femmes se dévoilent à travers les activités, et nos travailleuses, de véritables généralistes en condition féminine, sont souvent en première ligne pour dépister des situations de violence, pour intervenir et pour référer les femmes vers d’autres ressources au besoin». Face à ces constats, les membres de L’R ont décidé, lors de l’assemblée générale annuelle de juin 2018, de prioriser le dossier de la lutte contre les violences systémiques faites aux femmes, dans une perspective intersectionnelle. Pour donner suite à cette décision, L’R a articulé son Congrès de 2019 entièrement autour de la question. De plus L’R a collaboré à un projet de recherche avec l’organisme Trajetvi ayant pour titre Lutter contre les violences envers les femmes : les pratiques féministes des centres de femmes de L’R et a entamé son projet En’Rayer les violences, qui se poursuivra jusqu’en 2023, visant à faire reconnaître l’expertise de L’R et de ses membres en violences.

Les centres membres de L’R organiseront, tout au long de l’année à venir, diverses actions de mobilisation et de sensibilisation qui culmineront, le 17 octobre prochain, avec la grande marche nationale qui aura lieu à Terrebonne dans Lanaudière. «Les centre de femmes ont toujours été à l’avant plan des luttes féministes, qu’il s’agisse de démontrer l’impact des mesures d’austérité sur les conditions de vie des femmes, de faire reconnaître le travail invisible, d’appliquer l’analyse différenciée selon les sexes au développement régional ou de contrer le ressac antiféministe, souligne Diane Messier, présidente du regroupement. Nous étions présentes en 2000, en 2005, en 2010, en 2015 et nous le serons en 2020 parce que nous sommes, comme le dit le slogan du 8 mars cette année, “féministes de toutes nos forces“».

Image ci-dessus : Le Collectif 8 mars, Molotov communications. Illustration : Guadalupe Pérez Pita.

Pour informations et demandes d’entrevue :
Katia Pharand-Dinardo
Co-coordonnatrice de L’R des centres de femmes du Québec
pharand-dinardo@rcentres.qc.ca
Cell : 438-886-3239

2020-03-08T08:13:51-04:008 mars 2020|Tags: , |