30 ans plus tard, quels changements? Commémoration du féminicide de 14 femmes le 6 décembre 1989

Montréal, le 25 novembre 2019 — Le 6 décembre 1989, un tireur masculiniste assassinait 13 étudiantes et une enseignante de l’école Polytechnique parce qu’elles étaient femmes. C’est ce que l’on nomme un féminicide. 30 ans plus tard, quels sont les changements dans les violences sexospécifiques au Québec? À L’R des centres de femmes du Québec, nous répondons « très peu » et nous organisons une action dérangeante pour le dénoncer.

Violences faites aux femmes dans l’actualité

Le récent documentaire Bitch qui mettait en lumière l’inquiétante montée du masculinisme sur les plateformes numériques en est un exemple flagrant. « Il est tout aussi dangereux d’être une femme en 2019 qu’en 1989 et nous sommes bien placées pour le savoir, car notre réseau rejoint plus de 250 000 femmes annuellement », mentionne Odile Boisclair, co-coordonnatrice de L’R et responsable des dossiers violences. En effet, les centres de femmes sont constamment les cibles d’attaques antiféministes, une forme de violence faite aux femmes.

Les violences faites aux femmes, c’est intersectionnel!

Parmi les femmes, certaines sont plus à risque d’être victimes de violences que d’autres. On pense notamment aux jeunes femmes, aux femmes autochtones, aux femmes en situation de handicap, aux femmes vivant des enjeux liés à la santé mentale, aux femmes issues des communautés LGBTQIA (lesbiennes, bisexuelles, trans, queers, intersexes, asexuées), aux femmes migrantes, réfugiées ou immigrantes parrainées par leurs époux et aux femmes vivant dans des régions éloignées. Selon Statistique Canada, en 2014, la proportion de femmes en situation de handicap qui ont déclaré être victimes de violence conjugale, qu’il s’agisse d’actes de violence physique ou sexuelle, était plus du double des autres.

Action dérangeante à venir

Le 3 décembre prochain, dans le cadre des 12 jours d’action de la commémoration, les membres de L’R organisent une action dérangeante en soutien à des femmes ayant vécu de nombreuses violences par des hommes de pouvoir au Québec. L’action se tiendra à Montréal dès 19 h.

Pour entrevues et information :
Katia Pharand Dinardo, responsable des communications
Cell. : 438-886-3239   courriel : Pharand-dinardo@rcentres.qc.ca

2019-12-05T10:02:44-05:0025 novembre 2019|Tags: |