La philanthropie est-elle vraiment au service des communautés?

par Caroline Toupin, coordonnatrice du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA)

Le 11 mars 2019, le grand public apprenait que le docteur Julien et sa conjointe faisaient face à des dénonciations de harcèlement au sein de leurs équipes et à des démissions massives. Ces informations ont permis à la population en général de découvrir une facette sombre des centres de pédiatrie sociale, en contraste avec l’image idéalisée qui circule. Il ne faudrait cependant pas croire qu’il s’agit uniquement d’un problème de style de gestion.

Depuis des années, nous dénonçons les sommes récurrentes que les centres de pédiatrie sociale du docteur Julien raflent par millions versés à même nos deniers publics. Alors que nos organismes communautaires, créés par et pour la communauté, sont affamés, la Fondation du docteur Julien a reçu pas moins de 45 millions depuis 2016 pour financer une trentaine de centres. Même si les centres de pédiatrie se prévalent d’une mission sociale, rappelons-nous qu’ils sont gérés comme une entreprise familiale qui appartient à ses fondateurs et non à la communauté. C’est là toute la différence avec les organismes communautaires.

De plus, on a souvent mis en avant le caractère « novateur » des centres de pédiatrie sociale du docteur Julien. Or, il s’agit d’un modèle qui est largement inspiré de l’approche des organismes communautaires et des CLSC. Que les CLSC, à l’instar d’autres services publics, ne soient plus capables d’assurer cette mission adéquatement aujourd’hui par manque de ressources devrait nous pousser à mieux les financer plutôt que de créer des avatars privés de ces mêmes services.

Alors que le système philanthropique érige des vedettes de la charité, nous, organismes de l’action communautaire autonome (ACA), créons tous les jours des leviers collectifs où les communautés reprennent le pouvoir sur leurs vies. Nous construisons des espaces et des infrastructures résilientes où la solidarité est la valeur qui prime et où les gains ne sont pas seulement quantifiables en nombre de services ou d’individus bénéficiaires, mais en avancement des droits et d’autonomisation des collectivités.

À peu près dans la même période, nous apprenions que la Fondation McGill recevait un don de 200 millions de dollars de la part des philanthropes John et Marcy McCall MacBain pour financer le séjour universitaire de 15 étudiants par année à l’Université McGill. Soulignons qu’environ la moitié de cette somme est financée par la société québécoise, grâce aux crédits d’impôt. Cette somme représente la moitié de l’augmentation que 4 000 organismes d’ACA à travers la province réclament, depuis plusieurs années, pour pouvoir continuer à offrir leurs activités à l’ensemble de la population tous secteurs confondus. Notre système est ainsi fait que de riches donateurs peuvent choisir de soutenir une quinzaine d’étudiants, avec exemption d’impôt, alors que plus de 60 000 travailleurs et travailleuses communautaires sont en survivance.

Le 15 mars dernier, l’émission Les francs-tireurs accueillait une table ronde pour mettre en lumière la face cachée de la philanthropie. Les révélations sur les grandes fondations et leur gestion des capitaux, ainsi que sur les sommes astronomiques qui échappent annuellement aux caisses de l’État, sont ahurissantes. Certes, nous ne découvrons pas l’ampleur de ces évasions fiscales drapées de charité, mais voir que cela continue à se produire avec la complicité de nos gouvernements et de nos lois est insoutenable.

Bien que plusieurs initiatives partent d’une bonne volonté, le « philantrocapitalisme » ne remet en question ni le système ni les inégalités. Il faut garder en tête que son impulsion première est l’évitement fiscal et non la justice sociale. Nous avons hâte de voir le jour où nos gouvernements auront le courage de mettre fin aux injustices fiscales et sociales qui permettent à 1% de la population de détenir 80% de la richesse tout en se privant, en plus, de revenus importants grâce aux crédits d’impôt pour des dons faits à des organismes déjà riches. Nous avons aussi hâte que la solidarité ne soit plus le joujou de cette poignée de dirigeants d’entreprise qui l’utilisent comme un branding pour augmenter leurs profits tout en détournant des millions de nos caisses publiques.

Pages reliées :
La fraise, Jean-François Nadeau, Le Devoir, 18.03.2019
Québec maintient sa confiance envers le Dr Gilles Julien, La Presse, 12.03.2019
Le harcèlement psychologique est inacceptable et doit être dénoncé, ex-employés de la Fondation du Dr Julien, 20.03.2019
Impact du financement des fondations privées sur l’action communautaire — Le cas de la Fondation Chagnon, Maxim Fortin, IRIS, 14.03.2018
Bill Gates est-il vraiment un bienfaiteur?, France Culture, 16.03.2019

2019-03-24T18:14:05-05:0023 mars 2019|Tags: |